Charles Bradley en concert à La Cigale (Paris)
28 novembre 2011
Trey Songz – Inevitable [EP] – 2011
28 novembre 2011

Ledisi, let it be

La deuxième fût la bonne. La deuxième rencontre de Ledisi avec la France, le 27 Septembre dernier au Nouveau Casino. Un succès tardif mais oh combien justifié pour cette artiste de talent.

Avant de la revoir en Janvier 2012, notre équipe était allée à la rencontre de la chanteuse, tout aussi chaleureuse et bienveillante que talentueuse.

Quel concert, tu as mis le feu au Nouveau Casino ! Comment as-tu trouvé le public ? Merci ! Le concert s’est super bien passé, le public était vraiment très chaleureux. La première fois que je suis venue en France il y avait 30 personnes (rires), mais tu sais à 30 ou dans une salle comble, comme hier soir, je me donne toujours à fond pour mon public.

Et nous t’en remercions ! C’est la première fois qu’on te rencontre, on va donc revenir sur l’ensemble de ta carrière. Tout commence pour toi au sein du groupe Anibade… Oui c’est un groupe que j’avais fondé avec Sundra Manning, Cedrickke Dennis, Nelson Braxton, Wayne Braxton et Rob Rhodes. Nous avons fait quelques dates ensemble mais lorsqu’on a décidé de faire un album et que nous avons démarché les maisons de disque, nous avons toujours trouvé portes closes…

En 2000, tu as sorti l’album “Soulsinger : The Revival”, après cela tu es partie en tournée avec ton groupe, était-ce un moyen de dire que tu ne les avais pas oubliés ? Oh non, tu sais ils ont toujours été en moi et j’espère qu’ils le resteront. Ce sont des personnes qui jouent un grand rôle dans ma musique, on les retrouve aujourd’hui à la guitare, à la batterie, etc.

Pourquoi n’as-tu pas sorti un album avec le groupe ? On n’a jamais eu l’occasion de se poser et de se dire qu’on allait faire un album. Le refus des maisons de disque nous a aussi freinés dans cette démarche, et puis je n’étais pas dans une bonne période… J’avais envie de faire un essai par moi-même, de tenter l’aventure en solo.

Peut-on espérer dans un futur proche que vous sortiez un album ? J’aimerais tellement ! Si l’occasion se présente, on saisira cette opportunité avec un immense plaisir.

Concernant ta carrière solo, tu évoquais les contraintes pour trouver une maison de disque et mener à bout un projet. Tu as expérimenté aussi bien l’enregistrement d’un album en tant qu’indépendant qu’au sein d’une major. Quelle est la principale différence selon toi ? Est ce que cela influence ta façon de faire de la musique? La différence c’est le budget (rires) ! Lorsque tu travailles en indépendant, tu ne sais jamais combien va te coûter ton projet, tandis que là, tu le sais ! Tu as un montant prédéterminé alors tu es obligé de faire avec. Tout est encadré, tu as une équipe, mais que ce soit en indépendant ou en major, ma musique reste la même, je ne m’impose pas de contraintes, je ne cherche pas à savoir si cela va plaire ou non aux équipes de la maison de disque.

En 2007, tu as sorti ton plus gros succès en date, l’album “Lost & Found” : succès commercial, critiques unanimes quant à la qualité de l’opus, nominations aux Grammys… Oh oui, c’était tellement inattendu. Moi nommée ? Je n’y croyais même pas et mes amis non plus d’ailleurs. (rires)

Après ce succès, as-tu trouvé difficile de composer un nouvel album ? Le public et les critiques t’attendaient… Non, du tout, j’ai continué comme avant (rires) ! Tout ce que je fais, je veux le faire naturellement, il n’y a pas de raison pour que je fasse quelque chose dans le but précis de séduire la critique. Ce que je fais vient du cœur, je n’enregistre pas un album avec pour unique objectif de faire des hits.

Sur “Turn Me Loose”, tu as fait appel à plusieurs producteurs urbains (ndlr, Jimmy Jam & Terry Lewis, Raphael Saadiq, Chucky Thompson, Rex Rideout) et as donné une couleur plus R&B à ton album. Oui, tout à fait. J’ai voulu donner une couleur plus urbaine et travailler avec des producteurs que j’apprécie depuis longtemps. Ça fait tellement plaisir de bosser avec des gars comme Jimmy Jam et Terry Lewis ! Lorsqu’on était en studio, on écoutait un truc, je posais ma voix et ils me criaient “c’est ça !” (rires). Dans d’autres cas, ils n’hésitaient pas à me dire que ça n’allait pas, c’était une expérience très enrichissante ! A l’avenir, j’aimerais bien travailler avec Salaam Remi ainsi que le producteur de Adele, Jim Abbiss.

Ton nouvel album “Pieces Of Me” semble être comme l’extension du précédent… Vraiment, tu trouves ? C’est génial, pourquoi ?

Car il reste dans cette même veine R&B, on dirait que tu as cherché à approfondir cette voie alors qu’avant ta musique était plus empreinte de Soul et de Jazz… Oui, c’est vrai qu’on reste dans la même lignée mais ce n’est pas pour autant que je vais faire ça toute ma vie (rires). Pour mon prochain disque, tout va dépendre de l’humeur dans laquelle je serai au moment où je le composerai.

Est-ce que le titre “Pieces of Me” signifie que cet album est celui qui te ressemble le plus ? Exactement. C’est un album plus personnel. Je l’ai envisagé d’une certaine manière, je me suis dit que le public a beau m’écouter, ce n’est pas pour autant qu’il me connaît véritablement. C’est ainsi que j’ai commencé à écrire les morceaux, d’une manière plus introspective. Chaque titre de l’album représente un morceau de moi-même.

On y trouve aussi un magnifique duo avec Jaheim, un chanteur qu’on adore à SoulRnB.com, peux-tu nous en dire plus sur cette collaboration ? Ah oui vous trouvez ? Merci,  c’est super gentil ! C’est un artiste fabuleux. Un jour mon producteur m’a appelé et m’a dit : “Tu sais quoi j’ai trouvé un chanteur…”, je l’ai coupé, j’ai demandé “Qui ???”, il m’a répondu “Jaheim !”… Et j’ai crié (rires) ! C’était exactement le chanteur qu’il me fallait. Je trouve que sa voix rauque et tellement masculine se mélange parfaitement à la mienne. Mon seul regret est de ne pas avoir pu le rencontrer et donc d’avoir enregistré le morceau à distance…

Est-ce que tu envisages de faire d’autres duos ? Avec qui ? Tu as dernièrement repris, avec Marsha, Kelly Price & Jill Scott, le titre Four Women de Nina Simone c’était magnifique ! Oui, bien sur, je vais en faire d’autres ! Tu as vu ce show ?

Oui, bien sûr ! Comment aurais-je pu passer à côté ?! (rires) Evidement, si tu me poses la question (rires) ! C’était tellement génial, la scène était terrible. Nous étions tellement stressées… Chacune de nous à dû faire plusieurs prises, seule Jill Scott a fait un sans faute. Le public était à chaque prise encore plus étonné et criait de joie (rires). J’ai essayé d’apporter en plus, au morceau, le caractère fier et le style de Nina (ndlr, elle la mime en même temps).

Merci pour ta disponibilité et ta générosité, Ledisi, et, je l’espère, à très bientôt ! A très bientôt et longue vie à SoulRnB.com !

Ledisi sera de retour à Paris le 21 Janvier prochain, pour un concert à la Maroquinerie (Infos concert).

 

Site Officiel | Page Facebook | Page MySpace

Groupe Ledisi

Discographie